Formation aux métiers du BTP : 300 nouvelles compétences pour mieux répondre aux exigences du secteur

Formation aux métiers du BTP : 300 nouvelles compétences pour mieux répondre aux exigences du secteur

Grâce à un appel à projets financés par le fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA) entrant dans le cadre de l’expérimentation d’un mécanisme innovant, le projet de l’institut supérieur de l’eau, du bâtiment et de l’énergie (ISEBE), portant sur la formation de 300 jeunes au métier du BTP a été retenu. Durant une année, ces jeunes ont allié théorie 25% et pratique 75%. La formation a été sanctionnée par une remise officielle des attestations et des kits scolaires, en présence de partenaires techniques et financiers, entreprises partenaires, formateurs et apprenants.

 

Du déroulement de la formation

300 jeunes dont  120 à Koudougou et Réo (région du Centre-Ouest) ont bénéficié de la formation d’apprentissage en génie civil, option construction ( maçonnerie ) et 180 à Ouagadougou (région du Centre) pour le perfectionnement (ceux qui sont déjà en activité) aux métiers du bâtiment et des travaux connexes.  Pour ce qui est du perfectionnement, il y a eu 3 sessions (carrelage, plomberie sanitaire et électricité bâtiment) pour Ouagadougou, Koudougou et Réo.

 

En résumé, c’est en moyenne 18 jeunes formés dans chaque session. Les sessions se sont déroulées au lycée d’application Maurice Yaméogo de Koudougou et à ISEBE.  Initialement prévue pour octobre 2014 à octobre 2015, la formation en question s’est finalement tenue de décembre 2014 à décembre 2015. La phase théorique a été assurée par 8 formateurs. La pratique a eu lieu dans les locaux de ISEBE et sur les chantiers des entreprises TECHNIBAT-BTP, EBUBAT, AO-BTP, E2W, chez les prêtres, à l’association ANERSER, et bien d’autres.

 

 

La formation, en termes d’évaluation.
D’une manière générale, les apprenants ont salué à sa juste valeur cette initiative. Ces derniers n’ont pas manqué de renouveler leur remerciement à l’endroit des formateurs et au FAFPA. Ils ont également souhaité l’ajout de modules complémentaires tels que le logiciel de dessin lié au bâtiment, à la résistance de matériaux, etc. sur le programme en maçonnerie. A l’issue de leur formation, ils bénéficieront du soutien financier de l’état burkinabè.  La BSIC (Banque Sahélo-saharien pour l’investissement et le commerce) également leur a manifesté son soutien par l’octroi de comptes épargnes.
La directrice générale du FAFPA, Pulchérie Tapsoba/ Lagwaré quant à elle s’est réjouie de la concrétisation de ce projet. « Il y a un problème de techniciens en matière de bâtiment et travaux publics. Nous sommes heureux d’accompagner ces jeunes pour que nous puissions compter sur eux, des collaborateurs nationaux, burkinabè, sans avoir besoin de faire appel à des étrangers », a-t-elle déclaré.

 

 

Et à en croire Issa Dominique Konaté, parrain de la présente cérémonie, ce n’est qu’un point de départ estimant que tout le reste viendra. S’adressant aux bénéficiaires, « Une fois que vous avez la formation technique de base, il faut beaucoup de détermination, de persévérance et d’engagement pour bâtir sa carrière sur des valeurs sûres », a-t-il lancé. A la suite de son prédécesseur, le directeur technique de TECHNIBAT-BTP Mamadou Natama, par ailleurs porte-parole des entreprises partenaires a laissé entendre qu’en matière d’insertion socio-professionnelle des jeunes, il est bon d’avoir du travail. « Mais, si nous avons de la qualification, de l’expérience et de la compétence, cela est encore meilleur. Chez nous, au niveau des entreprises de BTP, poursuit-il, nous manquons souvent de la main d’œuvre qualifiée, ce projet financé par le FAFPA est donc le bienvenu. C’est pourquoi TECHNIBAT-BTP a soutenu ISEBE dans sa démarche et ne managera aucun effort pour le soutenir davantage dans le futur », confie-t-il.

 

Françoise Tougry

info@isebe-bf.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *