INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE : UNE FORMATION EN MAÇONNERIE POUR 150 DETENUS

 INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE : UNE FORMATION EN MAÇONNERIE POUR 150 DETENUS

Sous le patronage du ministre de la Justice et des Droits Humains, et sous la présidence du ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles, le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) a tenu le mardi 21 février 2017, le lancement officiel de la formation en maçonnerie de 150 jeunes détenus de la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO) . 

Selon le FAFPA, une étude récente du Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales (SPONG) révèle que le chômage dans le secteur des bâtiments et travaux publics (BTP) est quasi-inexistant. Ce qui ne va pas de paire avec le chômage des jeunes qui, lui s’accroît au fil des années. Cette situation dénote d’une inadéquation entre la main d’œuvre et les emplois disponibles dans ce secteur. Face à cet état de faits, le FAFPA a initié la formation des jeunes en maçonnerie afin d’améliorer la productivité, la compétitivité, et réduire le chômage des jeunes.

Dans ce cadre, 300 jeunes de Ouagadougou dont 150 jeunes détenus de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) doivent prendre part à cette formation. La cérémonie de lancement officiel de ladite formation s’est tenue le mardi 21 février 2017 dans l’enceinte de la MACO.

 

 

D’une durée de 9 mois, la formation de ces jeunes détenus comprendra des cours théoriques et pratiques. D’un montant total de 123 650 000 francs CFA, la formation sera assurée par l’Institut Supérieur de l’Eau, du Bâtiment et de l’Energie (ISEBE). Le Directeur adjoint de la MACO, Tiéné Bavrou a indiqué que cette initiative de formation des jeunes détenus en BTP est à saluer. Il a poursuivi en disant que cette formation viendra non seulement favoriser leur insertion socio-professionnelle et partant, lutter contre la récidivité mais surtout réduire la délinquance. Enfin, il a laissé entendre que la formation en BTP est considérée comme l’un des moyens qui aideront les détenus à se construire une nouvelle vie.

 

Pour Ouédraogo Alassane, Directeur du FAFPA, c’est un devoir pour eux, de soutenir la réinsertion professionnelle de ces jeunes détenus après leur sortie, pour leur permettre de se réinsérer dans le tissu économique. Yogo Geoffroy, conseiller technique du ministre de la Justice et des Droits Humains, salue cette initiative et, est satisfait de ce partenariat qui lie leur département au ministère de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle.
La représentante des détenus a remercié les initiateurs de la formation qui leur permettra d’entreprendre. Elle poursuit en montrant leur besoin d’appui à leur sortie, afin de s’installer et de valoriser cette formation.

Sont concernés par cette formation les détenus ayant le niveau de la quatrième, ayant un bon comportement, une peine pas très longue et dont la fourchette d’âge et comprise entre 18 et 35 ans.

Youmali Koanari (stagiaire)
SOURCE : Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *